top of page

La Communication NonViolente, un formidable outil pour créer des relations harmonieuses


Olivier Babando et sa fille Auréa

Cette photo avec mon papa et ma fille n’aurait pas dû être prise

Pourquoi ? Parce qu’après une semaine de vacances compliquées (très compliquées même) chez mes parents l’été dernier, j’avais très sérieusement envisagé de ne pas aller passer les fêtes de Noël avec eux cette année comme je le fais pourtant depuis 46 ans.

J’envisageais de faire ce choix pour me préserver de l’impact douloureux pour moi d’un mode de communication entre eux et moi qui, à mes yeux, se dégradait chaque fois un peu plus.

J’envisageais de faire ce choix probablement aussi, inconsciemment, pour envoyer un message plus fort que celui que j’exprimais régulièrement depuis quelques mois. Un message, maladroit voire tragique, pour leur montrer toute mon inquiétude de voir cette relation se détériorer au fil des années. Un message pour leur partager ma tristesse de ne pas vivre la qualité de relation auquel j’aspire dans ma vie.

Et pourtant, je suis allé passer les fêtes de Noël chez mes parents, pour une 47ème fois d’affilée. Et ça, c’est grâce à la magie de la CNV.

Vous voulez savoir comment ? Alors je vous propose de patienter en découvrant l’histoire complète (ou de cliquer ici si vous brûlez d'envie de connaître la fin).

Cette expérience n'a pas été un long fleuve tranquille

Bien que l’histoire se termine bien (ou plutôt se continue bien parce que la fin n’est pas encore écrite), le chemin a été par moment laborieux.

Parce que la CNV, c’est pas de la magie.

Après cet épisode inconfortable de l’été dernier pour mes filles et moi (et probablement pour mes parents), j’étais dépité et je me sentais démuni parce que j’avais à la fois besoin d’espoir qu’un changement pouvait être possible et d’inspiration pour trouver une manière de le rendre réel.

La Communication NonViolente m'a aidé à clarifier la situation

Comme plusieurs fois par le passé, grâce au processus de la CNV, j’ai clarifié ce qui me rendait si malheureux dans cette relation et ce que j’aspirais à vivre avec mes parents. Et j’ai pu voir une fois encore que j’avais envie de vivre une relation plus authentique, plus profonde qui repose sur l’expression de nos sentiments et de nos élans de vie.

J’ai pu voir aussi que j’avais envie de vivre des expériences avec mes parents et non faire des choses avec eux.

J’ai pu mesurer enfin que seul je n’y arriverai pas et que je voulais vivre du soutien et de l’entraide pour traverser ce chemin de transformation et d’évolution ensemble.

La Communication NonViolente m'a permis d'exprimer ma réalité

Alors, comme je l’avais fait avec mon père l’été d’avant, j’ai partagé tout ça à ma mère cet été avec le plus d’authenticité et de transparence possible avec l’espoir d’être entendu dans l’inconfort que cette relation me faisait vivre. Je lui ai partagé mes envies, mes souhaits et mes aspirations.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’a pas eu l’effet escompté. En effet, malgré toutes mes habiletés de CNV et mon envie forte de préserver cette relation, cette tentative, comme les autres avant, a échoué.

Parce qu’en réalité, malgré mes meilleures intentions, un bout de moi en souffrance exigeait inconsciemment des changements de leur part.

Cette partie de moi n’imaginait pas d’autres solutions qu’une reconnaissance de leur part de l’impact sur moi dans le passé, le présent (et probablement le futur) d’une communication par trop souvent maladroite. Cette partie de moi, totalement démunie d’avoir eu l’impression de faire tous les efforts et d’avoir tout essayé, n’imaginait pas d’autre alternative qu’une prise de conscience salvatrice et un changement notable dans notre façon de vivre cette relation.

Malgré tout le soin que j'y ai mis, mon message n'a pas été reçu

J’ai tenté de leur exprimer la réalité de mes ressentis et de mes sentiments et, malgré des années de pratique de CNV, plus je le faisais et plus le gouffre se creusait entre nous.

Malgré le soin et la délicatesse que j’ai cherché à mettre, mon message n’a pas été reçu comme je l’imaginais, comme je l’espérais. Mais en réalité, c’est aussi parce que le message n’a pas été envoyé avec le discernement et la tranquillité nécessaire mais porté en partie par une part encore blessée. Mais ça, c’est seulement un peu plus tard que je m’en suis rendu compte.

La lumière est venue lors d’un stage de CNV sur la pratique du dialogue

A l’occasion d'un stage de Communication NonViolente que j’animais, comme je le fais habituellement, j’ai fait une démo devant le groupe pour illustrer l’utilisation du processus de la CNV pour clarifier une situation stimulante avec une personne et préparer un éventuel dialogue.

La piste de danse du dialogue consiste à simuler un jeu de rôle d'un dialogue

Cette pratique, courante lorsqu’on pratique la CNV, en stage ou dans notre quotidien, consiste à simuler, en jeu de rôle, avec une personne neutre, le dialogue que l’on aimerait avoir avec la personne avec qui on vit une situation problématique.

L’objectif de cette pratique est, en autre, de ressentir, autant corporellement que mentalement, ce que cette situation et le dialogue qui pourrait avoir lieu nous fait vivre.

Quoi de mieux donc pour proposer une démo modélisante que de prendre la situation la plus d’actualité pour moi qu’est le dialogue que je souhaite avoir avec mes parents et mon papa en particulier.

30 minutes de pratique et le verdict tombe. La réponse est en moi. Je retrouve l’espoir et l’inspiration qui me faisait défaut depuis des mois.

Je prends d’abord conscience, à l’occasion de cette pratique, de l’importance de cette relation dans ma vie. Une conscience qui peut paraître logique et rationnelle pour beaucoup de gens lorsqu’on parle de la relation entre un papa et son fils mais qui, pour moi, grâce à cette pratique, est venue de mon cœur et de mes tripes et pas de mon mental. Une conscience habitée, incarnée qui ne souffre aucune discussion ni interprétation.

Je prends aussi conscience, avec beaucoup d’émotions, que le plus important pour moi est de prendre soin de cette relation ...

... et de prendre soin de mon papa pour les quelques années qu’il nous reste. Je réalise alors qu’il n’y aura pas de dialogue avec mon papa (en tout cas pas sur ce point) puisque je n’ai plus d’attentes envers lui. Je n’ai plus le projet de vouloir le voir différent de ce qu’il est et de comment sa vie l’a modelé. Je n’ai plus l’envie de le changer ni de lui exprimer les moments inconfortables que sa communication parfois maladroite me fait vivre. Je n’ai plus d’autre envie que de l’accueillir tel qu’il est en gardant dans un coin de ma tête, comme la pratique de ce jour me l’a rappelé, qu’il a toujours été à mes côtés depuis que je suis tout petit.

J'ai passé le plus beau Noël de ces dernières années

Quelques jours après, porté par cette énergie que cette pratique de CNV m'avait apportée, je suis donc allé passer les fêtes de Noël chez mes parents … et ça a été le plus beau Noël que j’ai passé avec mes parents depuis bien longtemps.

On a ri (beaucoup) en jouant, discutant et partageant des moments de vie. On a pleuré aussi (un peu) en nous parlant des moments inconfortables de nos vies. On a été présents les uns pour les autres sans projet ni attente sur l’autre.

J’ai pris conscience encore un peu plus que mes parents ont toujours été à mes côtés depuis que je suis tout petit.

Souvent maladroitement, parfois tragiquement dans leur manière d’exprimer leur amour, mais toujours présents, disponibles, attentionnés et voulant le meilleur pour moi et mes filles.

Qu’est-ce qui a fait la différence cette fois-ci par rapport à mes tentatives précédentes ?

Le temps probablement et le lâcher prise total sur les attentes voire les exigences que je pouvais avoir envers mes parents. C’est pourtant bien ce que la CNV nous invite à faire. Mais entre la théorie et la pratique, il y a parfois un fossé difficile à franchir, surtout lorsque des parts de nous sont en souffrance et que l’enjeu relationnel est fort.

La CNV est un outil de conscience pour créer des relations harmonieuses

Ce que je retiens de cette expérience de vie, une fois encore, c'est la puissance et les vertus de la CNV pour créer des relations harmonieuses avec son entourage.

Sans la CNV, je ne serais pas allé passer les fêtes de Noël avec mes parents. Sans la CNV qui m’accompagne depuis quelques années, j’aurais probablement pris de la distance avec mes parents, avec du ressentiment et de la rancœur, comme mon frère l'a fait il y a quelques années, à mon grand regret.

La CNV m’a permis de retrouver l’élan qui me quittait au fil des mois pour consolider les liens avec mes parents.

La CNV me permet de vivre mes relations dans l’amour et la bienveillance plutôt que dans la méfiance et le ressentiment.

Et l’avantage de la CNV, c’est qu’on n’est pas obligé d’être 2 à la pratiquer pour transformer des relations. Et je trouve ça rassurant parce que ça me donne le pouvoir d’agir en autonomie avec confiance en la vie.




Olivier Babando, formateur certifié du CNVC (Center for NonViolent Communication)
Olivier Babando

Formateur certifié du CNVC (Center for NonViolent Communication)




Si vous souhaitez être tenu informé.e régulièrement de mes autres posts ainsi que de mes activités, je vous invite à me laisser un message pour vous inscrire à ma newsletter


Opmerkingen


Post unique: Blog_Single_Post_Widget
bottom of page